• Dernier jour de beau

    Dernier jour volable pour une bonne semaine et on se retrouve à Cuges à 5 sous un ciel bâché et pas d'air. On monte au sud-est et après une crevaison en route puis fin de piste à pieds on est prêt, Frigo fait fusible.Les thermiques sont petits et on est tous les uns dans les autres pendant que Frigo file vers OK Corral ou le plaf est à 1200.Au bout d'une heure Clem le rejoint mais le vent se renforce et j'avance guerre...je descend poser? Marcos, Frigo, Antony et Clem font traîner pendant 2 heures puis se lassent .

    Dernier jour de beau

    Antony et son Artik4, suivi de Marcos et son Enzo2

    Dernier jour de beau

    Yannick qui se promenait par là (bad) en profite pour admirer son prochain gun !

    On repart pendant qu'Yves en Iota se promène entre les deux décos.

    Dernier jour de beau

    Passage par la case des bars...et retour maison.

    A Signes le plaf était à 1600 vers 14h, Guillaume monté avec l'aile d'accro, ne sort pas et reste en local à faire des pirouettes mode vomito.mad

    Posé au barreau, ça rentre aussi à Signes.

     

     

     

     

    « Un Cuges inespéré et incroyableSt-andré »

  • Commentaires

    1
    Mardi 29 Mars 2016 à 19:13

    Moi j'ai pas pu faire d'acro car pas de gaz.... (dans le ventre oui mais pas sous les pieds happy)

    juste tourné autour du déco... entre +100 et -100m...

    Comme j'étais monté à pied sans eau, j'avais soif et je suis allé au village pour boire une bière. A peine le serveur me la sert que je m'aperçois que j'ai pas une tune ! Du coup si vous passez à l'oustaou, il y a une ardoise de 2,50€ à mon nom intello

    2
    Mardi 29 Mars 2016 à 19:16

    tous ces gens qui achètent des artik4 alors qu'ils feraient de meilleures affaires avec une delta2 ... surtout en light beurk

    3
    Frigorifix
    Mardi 29 Mars 2016 à 21:28

    Bah après avoir attendu le père Marcel à l'atterro de Cuges à pester qu'il trainait pour réparer la roue de la navette, on a filé comme le vent à la Sainte et on s'est un super vol du soir. 1h30 depuis le C***, transition sur le massif où toute la barre tenait en dynamique tout doux. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :